AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Mar 11 Sep - 14:07


Moule : K-Doll Karon ; Make-up : De moi ; Wig : Kondoll ; Eyes : Illusion Spirit 14 mm


~ Le Conteur Funèbre ~




† Introduction †

Je vous présente mon K-Doll Karon, acheté sur MC à Angrychan, que je remercie encore mille fois ♥
Il n'a pas encore son propre corps c'est pourquoi il squattera de temps en temps le corps de Warën, mon Illusion Spirit, (ou parfois le DoT ma sœur) même si leur skin sont complètement différents (le K-Doll étant White skin et le Valentine étant Pink Skin, le DoT étant plus chaire).

Il a son propre sujet car ce n'est pas un personnage qui entrera dans ma bande très rapidement. A vrai dire, j'ai tellement réfléchi à son personnage (j'ai commencé à écrire son histoire y'a environ six mois) que dévoiler son background au cours de moult photostories ne m'inspirait pas. De plus ce topic me servira aussi à écrire de petites histoires courtes que j'ai parfois en tête mais que je n'ai pas l'occasion de partager via mes autres dolls...en plus du fait que j'oublie parfois de noter les idées.

Je n'ai pas de talent quelconque pour l'écriture, mais j'espère que vous me pardonnerez mes maladresses et que cette histoire ne sera pas trop ennuyante.




~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



████ Earl Mystery ████



Il s'agit de mon nom. Du moins, le nom que l'on m’attribue dans le folklore. Je ne suis qu'un mythe, une image, un coup de vent. Je passe et raconte mes histoires à qui s'arrête les écouter et continue ma route. Je vis et j'écoute.

Sont-ce des histoires vraies? Me joue-je de vous? Pourquoi ne pas simplement empêcher toutes ces questions vous envahir et me laisser pénétrer votre âme? Chut, taisez-vous et écoutez-moi. Quand vous n'entendrez plus ma voix, vous vous rendrez compte que je ne suis plus là. A ce moment précis, allez-vous vous demander où se trouve la vérité dans ceci ou bien allez-vous tout simplement accepter la fantaisie que je vous ai offerte? Allez-vous apprécier? Détester? Trouver cela sans intérêts?

Dans tout les cas, vous tournerez les talons et continuerez votre morne vie, mais vous n'oublierez pas ma rencontre.

...

Alors vous ne partez donc pas. Quelle histoire vais-je pouvoir vous conter dans ce cas? Vous avez une bonne tête, je vous aime bien! Et si je vous contais celle que je préfère? On va faire ça, mais pas aujourd'hui. Revenez demain ou bien après-demain, quand vous le désirez....je serais là.

_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||


Dernière édition par Luka le Ven 16 Nov - 16:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Mar 11 Sep - 14:09

Edit du 16/11/2012 : Dans cette première partie, le héros masculin se prénomme Allen suite à un changement par rapport au texte original, car le nom que je lui avais donné en premier rappelait trop mon pseudo. Il s'appelait Lukas. Mais par automatisme, je n'ai pas modifié son nom et vous apparait donc sous le nom de Lukas dans la seconde et troisième partie, et ce sera le cas jusqu'à la fin. Désolée pour le faux raccord.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
[/!\ HTML requis & photos floues /!\]



~ Prenez la parole, my Earl ~




*Pof*





"Hmpf!"

- Tap...tap...tap -

"Oh."






"Vous revoilà Maître. Avez-vous fait bonne promenade?"

"Oui, ma bonne Alcyone. Quelque peu éreintante cela dit, mes jambes me font souffrir."





"Comme vous me l'avez demandé, voici votre livre Monsieur. Puis-je savoir pourquoi avoir ressorti tel ouvrage?"

"Vous posez-vous cette question à cause de ses pages brûlées et sa couverture si mal confectionnée?"

"Je...je ne voulais pas vous offenser, mon Comte."






"Il n'en est rien, chère amie, il ne s'agit là que d'une promesse. J'ai promis le conte de ce livre à de nouveaux amis. Quant à l'état de ce pauvre objet...ce n'est pour l'instant pas le bon moment pour le dévoiler."

"J'ai hâte de vous entendre lire ce récit, si vous me le permettez."

"Comment pourrais-je vous refuser ceci? Allons, Alcyone, cessez donc d'être si réservée, ne nous connaissons-nous pas depuis quelques décennies? Si peu de familiarité alors que nous sommes comme frère et sœur, père et fille."

"Je vous dois simplement le respect naturel d'une enfant devant la vie à ses parents. Mais vous avez raison."






"Bien, il est temps. Bonsoir ou bonjour, vous qui étiez là, vous qui arrivez, et vous qui viendrez. Ma promesse fût celle de vous narrer l'histoire que je préfère, et que je tiens près de mon cœur. L'histoire d'une femme éprise de son amant et qui provoqua mille folies pour celui qu'elle aime. Une femme qui donna la vie à une semi-vie."







Nous sommes en Angleterre à l'époque où les sorcières et les démons étaient source d'effroi et d'horreur. Bon nombre d'ouvrages virent le jour afin d'informer les pauvres villageois terrorisés par leur croyance.

«Comment empêcher le malin d'entrer chez soi»
«Les sorcières; dix méthodes pour les contrer»
«Repoussez les démons grâce à votre foi!»

Ces livres à la jolie reliure n'existaient que pour apeurer davantage la pauvre gens qui n'hésitait pas à dépenser nombre de ses pence pour se procurer les célèbres bouquins.

Près d'un village reculé s'étendait une forêt verdoyante et grouillante de faune et de flore. Pourtant, aucun des villageois n’osaient y poser le pied. Il y vivrait, disait-on, une sorcière nécromancienne si terrible et horrible que le simple fait de poser ses yeux sur elle tuerait sur le champ à cause de sa légendaire laideur. Un pas, deux pas, trois pas et vous y êtes. Une cabane si délabrée qu’elle pouvait héberger la peste elle-même.
Les mythes inventés par la populace trouillarde étaient si détaillés, précis, que personne ne pouvait imaginer qu’ils se trompaient. Tapis dans sa modeste demeure, Linda feuilletait un de ses nombreux manuscrits. Y était inscrit des symboles inconnus pour le commun des mortels, mais pour elle, tout était limpide. Il s’agissait de poème, de chants, de formules destinées à sa magie noire. Elle n’était pas mauvaise, la sorcière, elle était née ainsi et s’était contentée de vivre avec. Mais sa famille depuis des générations déjà se voit exclue de toute sociabilité à cause de l’humanité bien trop peureuse qui ne pouvait accepter l’être différent.

Linda avait en plus le pouvoir de nécromancie, lui permettant alors de contacter les morts. L’on dit qu’un nécromancien atteignant le premier siècle de sa vie pouvait réveiller les défunts. Elle était bien loin de ce niveau, la jeune Linda, qui n’avait à ce moment-là que vingt ans. Elle, si douce, si belle, si délicate…Comme toutes les jeunes filles de son âge, elle rêvait d’une famille, d’un amant et d’enfants. Depuis que sa mère avait quitté ce monde elle était désormais la seule habitante de la forêt, et ne voir aucun être humain la peinait.

Mais, un jour de pluie, des chasseurs sans peur s’enfoncèrent au sein de la broussaille. Il fallait qu’elle se cache car elle finirait brûlée ou écorchée vive si on la trouvait! Elle avait pris l’habitude depuis des années de fuir. Il y avait une petite trappe dissimulée sous le vieux tapis usé. Stratagème simple certes, mais qui lui sauvait toujours la vie. Comme elle ne prenait pas soin de sa cabane, et que ses bouquins étaient presque aussi vieux que le monde, l’endroit semblait abandonné, si bien que les chasseurs partaient aussitôt être rentrés. L’odeur qui régnait dans la bâtisse les répugnait.

Linda aurait aimé avoir une maison propre et douillette, mais si elle le faisait, elle se ferait remarquer. Par crainte, elle resta planquée une bonne demi-heure alors que les hommes étaient partis depuis bien longtemps. Ils avaient trop peur, au fond, alors leurs chasses étaient souvent très courtes. Lorsqu’elle souleva le planché pour s’extirper de sa cachette, elle tombât nez à nez avec un des chasseurs. La terreur la figea, elle resta assise contre le sol alors que le jeune homme semblait subjugué par ce qui se trouvait sous ses yeux.
Il reprit tout de même ses esprits et menaça l’enfant de son fusil, sourcils froncés. Il lui ordonna de se lever, ce qu’elle fit. Bien plus que sa beauté, c’était ce regard franc et terrifié qui perturbait le courageux chasseur. Elle était une sorcière, alors pourquoi avait-elle peur ? L’idée qu’elle puisse le tromper maintenait pourtant en l’air son arme. De longues minutes défilaient, et Linda ne put finalement s’empêcher de penser qu’elle allait rejoindre sa mère dans l’au-delà.

« Pourquoi trembles-tu, sorcière, alors que tu es si crainte et si redoutée par-delà la forêt, au village ? » engagea l'homme.

« Pourquoi devrais-je me retenir, alors que tu t’apprêtes à m’ôter la vie ? » répondit la jeune femme, lucide.

« Te tuer ? Les balles n’ont aucun effet sur toi, comment diable pourrais-je te tuer ? Je ne puis, hélas, que te blesser, mais suffisamment pour te capturer et te punir. »

« Me punir ? Qu’ai-je donc fait depuis ma naissance si ce n’est vivre cachée avec pour seule compagnie le temps et les livres ? »

« Mais c’est toi, chaque hiver, qui nous accable de la maladie et du malheur ! »

Abasourdie par ces accusations sans fondements, la jeune femme ne trouvait mot. Linda baissa la tête, ses yeux perlant, illustrant son incompréhension..

« L’hiver est donc si rude que vous me jetez la pierre ? La maladie n’est rien d’autre que les conséquences du froid et de vos comportements laxistes. Si vous lisiez des ouvrages intellectuels au lieu de chercher à combattre des forces soi-disant maléfiques, vous sauriez que je ne suis coupable que d’avoir vu le jour ! »

La joute verbale des deux jeunes gens se suivit alors durant une dizaine de minutes. S’il s’agissait d’un de ces imbéciles de chasseurs, cela ferait longtemps qu’elle serait blessée par l’arme qui la désigne. Pourtant le garçon semblait vouloir comprendre.

« Tu dis que tu n’es pas responsable de notre malheur, mais tu n’as pas nié être faite de sorcellerie ! »

« Je suis une sorcière, une nécromancienne de surcroît ! Je mourrais ce soir si le destin l’a souhaité ainsi, mais je ne renierais pas ce que je suis. Tue-moi si tu l’oses ! »

Prise d’un soudain élan de courage, Linda sécha ses larmes et dirigea ses yeux vers le jeune, lui offrant son plus sévère des regards. Le garçon baissa son arme et fit un pas en arrière.

«On ne m’a pas appris à abattre une femme désarmée, sorcière ou pas. Je le regretterais surement si je me suis trompé, mais je crois que tu n’as pas ton rôle dans cette histoire…ton audace et ton courage plaident pour toi.»

Après ce jour, le chasseur, prénommé Allen, vint rendre visite très souvent à la sorcière. Il s’était pris d’affection pour cette jeune femme perdue au sein de la forêt où nulles âmes ne vivaient. Elle n’avait pas d’amis et pas non plus de famille. Elle n’était jamais allée étudier, mais elle était plus cultivée qu’il ne le serait jamais. Linda ne pouvait être plus heureuse qu’en ces instants. Elle avait son premier ami.

Mais il ne fallut que peu de temps pour que les amis deviennent amants. L’amour avait naquis et leurs rencontres se faisaient beaucoup plus fréquentes. Les pensées de l’un allaient toujours vers l’autre et ne passait pas un jour sans qu’ils ne se voient. Malheureusement, le garçon découchait trop souvent, et sa famille commençait à se poser des questions. Il était tous les jours heureux et partait on ne sait où. La mère alla voir le prêtre et confessa son inquiétude. Il lui conseilla de le faire suivre car Dieu craignait qu’il n’eut été corrompu ou envoûté par on ne sait quelle genre de créature avide de délicieuses et jeunes vies. Cinq hommes valeureux furent employés par la mère du garçon pour le suivre, le soir-même.

Ainsi la tragédie débuta.





"Bien, ce sera tout pour ce soir. J'ai espoir que ce récit n'ait pas été trop soporifique pour vous, cela dit toute histoire a son début, aussi ennuyeux soit-il."

"Monsieur, j'ai grand besoin de me reposer, mes paupières me forcent le sommeil..."

"Cela va de soit, il est désormais très tard ma chère, allez vous coucher."

"Bonne nuit mon ami"

"Bonne nuit Alcyone.
Et je me tourne vers vous aussi chers enfants. J'aimerais vous lire ceci des heures durant, mais je ne puis rester éveillé indéfiniment, aussi je vous donne rendez-vous pour une prochaine lecture. La suite s'annonce obscure....cela affecte-t-il votre curiosité? J'en ai l'espoir.
Au revoir mes amis, et à très bientôt."

_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||


Dernière édition par Luka le Ven 16 Nov - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loki
Érudit
Érudit
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/08/2012
Age : 26
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Jeu 13 Sep - 11:32

J'avais commencé à lire cette histoire l'autre nuit mais j'étais trop crevée pour finir^^'
Résultat des courses, j'ai rêvé de ce mystérieux et charmant conteur^^
Maintenant que j'ai fini de lire, je voudrais bien entendre la suite =3
Revenir en haut Aller en bas
Bibou
Érudit
Érudit
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 105

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Jeu 13 Sep - 12:24

...
Pourquoi je pressens que ce sera plus une histoire tragique que joyeuse, hmmm ?

Ton conteur est... magnifique, et l'ambiance des photos très onirique. Alcyone a l'air un rien trauma, quand même ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Mer 17 Oct - 4:10

Merci à vous deux, Loki et Bibou, ça me fait vraiment plaisir. Et que tu en ais même rêvé Loki, c'est trop cool xD

Allez, voici la suite!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
[/!\ HTML requis /!\]
Encore navrée pour l'écriture pleine de fautes d'orthographe, des éventuelles incohérences, et de ce style plutôt scolaire, mais j'espère que l'essentiel de l'histoire sera tout de même bien transmis. Merci à vous d'être passé/e/s =)



~ Continuez, my Earl ~




*silence*





*bruit de pas*






"Gnnn...hmpf!"





"Bon...où est-ce que ça s'est arrêté la dernière fois? Voyons..."






"Oh, pardon, c'est vrai que vous ne me connaissez pas. Moi c'est Oryon, je suis un....ami, oui, du conteur. Il fait jour voyez-vous, et c'est un homme de nuit. Là, il dort donc c'est moi qui suit chargé de vous lire une partie de l'histoire."






"Bon, alors....à oui, c'était à "tragédie" si je me souviens bien..."







La nuit était tombée, Lukas quittait une fois de plus sa maison pour rejoindre Linda. Sa toute jeune expérience de chasseur ne l’aida pas à desceller les cinq hommes qui le suivaient au pas. Il rentra dans la petite cabane de la sorcière et ne perdit pas de temps pour l’embrasser, tant elle lui avait manqué. Les hommes, cachés derrières quelques arbres non loin, connaissaient bien cette cabane et savaient pertinemment qu’elle était vide. Pourquoi Lukas venait ici si tard ?

Le chef de groupe emboîta le pas et ils s’approchèrent de la petite maison d’où une légère lumière apparaissait. L’homme défonça la porte d’un coup de talon et pointa son fusil armé vers le couple. Il n’en revenait pas, la sorcière était donc bien là !

« Bravo mon garçon, tu as réussi à piéger cette abomination. Viens derrière moi, je ne voudrais pas que tu te blesses, je dois te ramener auprès de ta pauvre mère ! »

Mais Lukas n’en fit rien. Linda était terrorisée et ne savait pas quoi faire. Comment s’échapper cette fois ?

« Allons garçon, nous n’avons pas la nuit devant nous ! »

« Pour que vous la capturiez et la traitiez comme une bête sauvage ? Jamais ! Partez, vous perdez votre temps, elle est innocente ! »

« Que dis-tu ?! Lukas, Lukas…ne sois pas idiot ! Ne vois-tu pas qu’elle t’a ensorcelé ! Sois sage, et pousses-toi de là ! Sinon, je devrais t’abattre toi aussi ! »

Il ne bougea pas d’un pouce. Lorsque deux des autres hommes tentèrent de s’approcher pour empoigner les bras de la demoiselle, Lukas perdit le contrôle de lui-même. Il repoussa les deux hommes de ses poings :

« Vos fusils ne me font pas peur, si je dois vous tuer pour la protéger, je le ferais ! »

« Comment peux-tu dire cela....tu trembles ! » fit un des hommes.

« Je t’avais prévenu gamin, j’aurais aimé ne pas en venir jusque-là, mais il semblerait que tu ne sois plus toi-même. Ta pauvre mère va en mourir de chagrin, mais je n’ai pas le choix, pour le bien du village ! »

Il pressa la détente. Pour lui Lukas n’était qu’un faible homme qui avait succombé aux charmes de la sorcière, qui avait perdu son âme et serait donc un danger pour les villageois. Le cri poussé par Linda à ce moment-là perça les oreilles des chasseurs. Les cinq hommes tombèrent à genoux, plaquant leurs mains contre leurs tempes, du sang s’échappant de leurs oreilles en abondance. La folie de Linda était telle qu’elle leur retira la vie en murmurant seulement une phrase incompréhensible. Lukas était mort achevé par plusieurs balles, les cinq hommes aussi. Elle s’agenouilla près de son aimé et lui caressa les cheveux tout en fredonnant.

Les yeux écarquillés et livides, la jeune sorcière se demandait si attendre son premier siècle était vraiment nécessaire. Elle avait cinq corps entier et frais à disposition, pourquoi ne pouvait-elle pas essayer de ramener à la vie son cher et tendre amant ? Elle se leva machinalement et attrapa le plus gros grimoire qu’elle possédait, d’un geste lent et robotique. Les iris suivaient les lignes qu’elles dévoraient à un rythme frénétique. Elle semblait littéralement enregistrer tout ce qu’elle lisait. Une semaine était passé. L’odeur des corps se faisait forte et malgré leur disparition, personne ne vint dans la forêt pour les chercher. Linda avait passé sa semaine dans un état second, à lire les pages de son livre de nécromancie, sans boire ni manger ni même bouger.

Soudain, elle se dressa sur ses jambes et prononça une énième phrase indéchiffrable. Les six corps devinrent alors poussières et virevoltèrent frénétiquement autour d’elle, émanant une lumière puissante et inquiétante. Elle détruisait pour mieux reconstruire. L’âme de Lukas était essentielle à sa renaissance, alors elle la préserva dans un objet, son collier, le temps qu’elle reconstruise le corps de son aimé grâce à son cadavre et ceux de ses assassins. La journée passa et les lumières cessèrent. Le corps de Lukas était reconstruit, neuf, vivant. Les cinq autres hommes avait retrouvé forme humaine également, mais dans un état lamentable, décomposé, les membres éparpillés, les organes entremêlés. Elle avait utilisé leur énergie physique et amélioré la condition du corps de Lukas pour que renaître ne soit pas trop rude, pour qu’il ait un corps assez fort pour pouvoir se relever et marcher comme un homme vivant. Elle lui ré-insuffla la vie et lui rendit son âme.

Lukas ouvrit les yeux et s’assied alors. Même en le voyant revivre, Linda ne sortit pas de cet état de choc, son regard restait aussi livide. Pourtant elle se jeta dans ses bras et lui déclara son amour encore une fois. Lukas ne dit rien, il ne bougeait pas. Même s’il respirait et que son cœur battait….faiblement, mais il battait. Elle posa ses mains sur les joues de son âme sœur et le fixa, comme si elle ne remarquait pas l’état presque inanimé de Lukas :

« Lukas, mon amour, tu es revenu ! Tu as vu, j’ai réussi ! J’ai réussi ! Nous serons ensemble pour toujours ! »

Les jours étaient passés, l’incident remontait à présent à plusieurs mois. L’état de Lukas s’était un peu amélioré, comme s’il était en phase de rééducation. Linda avait beaucoup changé depuis lors. Elle passait son temps dans les bras de son amant et nettoyait sans cesse la cabane. Désormais, quiconque s’approchait d’eux, de leur foyer, aurait à subir le courroux de la sorcière. Après tout, ils avaient voulu un démon, et désormais ils l’avaient. Le regard de Linda n’avait pas retrouvé ses belles lueurs, c’était comme si elle avait perdu la raison depuis la « mort » de Lukas. N’importait plus qu’eux pour elle, rien d’autre n’avait de valeur. Lukas ne parlait toujours pas. Il marchait de temps à autre vers la fenêtre et n’y bougeait pas jusqu’au soir, au moment du couché.

Puis vint un jour où malgré sa folie, la jeune femme désira un enfant. Elle voulait concrétiser leur amour et surtout prouver que l’homme qu’elle aimait était vraiment en vie. Elle voulait se le prouver. Car malgré tout, elle sentait que quelque chose n’allait pas avec Lukas, bien qu’elle ne veuille l’admettre. Le corps du jeune homme semblait se décomposer…lentement, silencieusement, mais sûrement.

La nuit de leur ébat, seule Linda semblait vraiment désirer l’enfant. Lukas ne faisait rien, pourtant son regard suivait les mouvements de son aimée. Pourquoi Linda ressentait-elle de la détresse dans ces yeux qu’elle aimait tant ? Pourquoi Lukas ne disait rien, pourquoi n’avait-il aucunes réactions ? Pour la première fois depuis longtemps, Linda se mit à pleurer. Peut-être que la tristesse de la jeune femme eut un quelconque effet sur l’état de l’ex chasseur, car il leva les bras vers elle et lui caresse les joues. Il n’avait rien dit depuis sa mort, ni rien fait, et ce geste bouleversa Linda. Cette nuit fût douce pour les deux amants, où sembla-t-il y avoir un soupçon de vie entre eux, et purent alors concevoir l’enfant qu’elle voulait tant.

Seulement, Lukas vit son état empirer. Avait-il rassemblé ses dernières forces pour lui offrir ce dont elle rêvait ? Le garçon restait beaucoup plus souvent dans son lit. Il ne dormait quasiment plus, mais ne bougeait également plus. Seule sa tête se tournait de temps en temps pour observer le ventre de Linda grossir. Est-ce qu’il vivrait jusqu’à la naissance de son enfant ? Est-ce que l’enfant serait normal ? Est-ce qu’il vivrait ? Tant de questions et si peu de réponses,

Linda vivait très mal sa grossesse. Elle en souffrait terriblement, comme si ses forces étaient aspirées par l’être qui grandissait en elle. Mais cette grossesse lui permit de redevenir la jeune femme douce et gentille qu’elle était auparavant. Plus personnes ne s’approchaient d’ici depuis bien longtemps donc elle n’avait plus à tuer. Cela dit, retrouver son état normal lui faisait aussi réaliser que Lukas n’allait plus tenir très longtemps.





"Voilà pour aujourd'hui. Bon euh...je ne vais quand même pas vous quitter comme ça....pensez-vous qu'il faille retenir une leçon de cette histoire? Moi je trouve cette fillette pathétique. Elle était une sorcière non? Je ne vois pas pourquoi elle ne les a pas tous tué dès qu'ils sont rentrés chez elle, ça aurait arrangé bien des choses."

"Oryon, ne dis pas ce genre de choses sans connaître le cœur d'une femme."







"Ah! Tu es réveillé!
Mais je suis désolé, je trouve cette fille stupide, elle n'a fait que des erreurs. En plus ce n'est même pas une femme, c'est une gamine inexpérimentée."

"Ce que tu peux être têtu"






"Mais tu sais, je la comprends quand même un peu."

"Ah oui?"

"Oui. Si tu me le demandais, moi aussi je tuerais des gens, si c'est pour toi.

"J'ose espérer que je n'aurais jamais à te le demander. Allez, saluons nos invités. L'histoire est terminée pour aujourd'hui, mais je vous invite à revenir plus tard pour savoir ce qu'il va arriver à notre étrange couple et savoir si la jeune sorcière a réussi à concrétiser leur amour.
A bientôt."

"N'oublions pas le petit baiser d'au revoir!"




_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||
Revenir en haut Aller en bas
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Jeu 15 Nov - 5:33

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
[/!\ HTML requis /!\]
Photos prises avec ou sans flash, donc qualité variable :/
Ah oui et je ne me répéterais pas assez: si vous cherchez de la haute littérature, vous n'êtes pas au bon endroit! J'essaie avant tout de décrire une histoire, mais malheureusement, je n'aurais jamais la prétention de dire que je suis auteure ou écrivaine alors que j'en n'ai pas les compétences. Ceci étant dit, j'espère que ce ne sera pas trop mal écrit ou bourré de fautes. Merci de votre passage!



~ L'histoire continue ~

"Oryon..."

*médite*

"Oryon, m'entends-tu?"

"Hm? Oh...oui pardon, qu'est-ce qu'il y a?"

"Te sentirais-tu capable de m'apporter un verre d'eau s'il te plait?

"Oui bien sûr, attends"







"Il me semble avoir parlé d'eau Oryon, pas de grog."

"Certes, mais tu es malade, alors si tu veux guérir "humainement", alors prends au moins ça, ça te fera du bien."

"Je suppose que je n'ai pas le choix."

"En effet."







"Guéris vite, j'en ai assez de porter des vêtements trop grands pour mon si petit corps."

"On ira en ville demain pour te prendre quelques vêtements de nuit dans ce cas."

"Pas tant que tu n'es pas guéris!"







"Je vais continuer l'histoire pour nos invités, veux-tu?"

"Je préfèrerais que tu dormes, mais je pense ne pas me tromper en disant que tu ne m'écoutera pas."

"Effectivement."

"Bon, moi je vais dormir. Ne finis pas trop tard..."







"Pardonnez mon jeune ami, il n'aime pas que je force trop. Voyez-vous, malgré ma condition plutôt...spéciale dirais-je, j'ai tendance à tomber malade de ci de là. Rien de grave cela dit, mais plutôt handicapant dans le cas où je suis souvent exténué de ce fait. Bon, je reprends la lecture....je suis navré, le passage qui suit ainsi que la quasi intégralité de l'histoire risque d'être quelque peu...sombre. En effet, si vous êtes en quête de joie et bonne humeur, ce n'est ici pas le bon endroit."







"Où en étais-je déjà....oh oui. Linda venait d'acquérir l'enfant qu'elle désirait tant, mais son aimé se meurt et l'état psychologique de cette dernière failli avec le temps qui passe..."




(Clic pour le voir en entier)




Quatre mois. Son ventre était joliment rond, mais elle était malheureuse. La maison retrouvait la saleté d’antan et elle maigrissait à vue d’œil. Elle avait entreprit d’écrire toutes ses mésaventures dans un livre, aussi avait-elle commencé à partir de sa petite enfance, jusqu’à maintenant. Elle se souvenait jusqu’au moindre détail. Elle décrivait aussi l’état de son amant qui se dégradait de jour en jour, en y écrivait sa détresse et sa peine de perdre l’être qu’elle aimait le plus au monde. Elle en oubliait même l’enfant qui grandissait entre ses entrailles. Finalement, cet enfant n’existait-il pas seulement pour avoir une trace de Lukas avant qu’il ne disparaisse à jamais ?

Un cri de terreur avait retentit. Linda venait de se coucher et avait posé sa tête contre le torse de son amant. Le cœur ne battait plus. Elle se releva et constata qu’il était toujours vivant. Il respirait et ses yeux étaient ouverts. Mais il n’avait aucunes réactions. Son corps était dans un sale état.

Finalement, Lukas mourut pour de bon. Et comme si elle rejetait totalement l’idée de le voir disparaître, Linda ignora sa mort et continuait à prendre soin de lui. Le dernier soupçon de lucidité qui lui restait l'incita à exercer un sort sur le corps de son aimé, afin de ralentir la dégradation de ce corps qu'elle aimait tant. Elle le lavait, l’habillait, lui parlait…Et ce malgré son corps délabré. L’odeur de mort se répandit dans toute la forêt et au-delà. Les villageois ne savaient pas d’où venait cette odeur forte et pensèrent alors à une malédiction.





(Clic pour le voir en entier)




Un fils naquit dans cette cabane au bout du huitième mois de grossesse, un jour de brume. Elle lui donna naissance seule et par miracle ils s’en sortirent tout deux. L’odeur n’avait pas cessé et s’était amplifiée depuis ces dernier mois, mais c’était comme si Linda ne la sentait pas. L’enfant, par contre, pleurait chaque jour terriblement, comme s’il disait à sa mère qu’elle était en danger si elle continuait à vivre ainsi. Seulement, même si elle nourrissait l’enfant, elle ne s’en occupait pas vraiment, et ne lui avait pas donné de nom. Elle le posait dans le berceau qui était à elle jadis, et le laissait là jusqu’à l’heure de manger. La sorcière restait assise près de ce qui semblait être Lukas chaque jour durant. Le bébé finit par s’habituer à cette odeur et faisait ressentir à sa mère que lui aussi, avait sûrement de la sorcellerie dans le sang.

Trois années passèrent, et ne restait alors plus rien de la chaire du père. Le bébé réclamait les bras de cette mère qui le laissait bien trop souvent de côté. Elle ne savait même pas pourquoi ce petit garçon l’aimait. Elle se demandait très souvent pourquoi elle lui avait donné naissance car la seule chose qu’elle voulait était Lukas. Chaque soir elle transcrivait son malheur et le manque qu’elle ressentait. Rien ni personne ne pouvait le remplacer. Lorsqu’elle regardait l’enfant, elle était terrorisée. Au fond, ce garçon était né d’une sorcière et d’un mort…de quoi était-il fait ?

« Il me fait peur. Ce garçon est né de Lukas et de moi, mais je ne vois rien de nous en lui. Qui est-il ? Je n’en veux pas…je veux Lukas… »

Après avoir écrit ces mots, la jeune mère versa bon nombre de larmes. Le petit garçon était sage et restait assis, regardant toujours ce que sa mère faisait. Il grandissait au fil des ans et apprenait seul les bases de la vie. Sa mère pouvait lui apprendre à lire, à compter, à réfléchir, à être logique, mais elle n’en faisait rien. Elle ne savait même pas pourquoi elle nourrissait encore ce garçon qui lui faisait tant peur. Il vivait ? Ou bien était-il un mort-vivant ? Son cœur battait-il ? La seule chose qu’elle savait était qu’il était froid…Froid comme un mort. Et pourtant, elle ne le maltraitait même pas. Linda ne désirait simplement pas s’en occuper, elle voulait qu’il parte loin…mais il était si petit et semblait si fragile…elle ne pouvait tout de même pas l’abandonner.

Le petit garçon avait maintenant neuf ans. Linda n’avait toujours pas l’affection qu’elle devrait avoir pour lui, mais elle le trouvait bien joli. A y regarder, ses yeux étaient les mêmes que son père et ses cheveux aussi sombres que les siens. Mais cette peur persistait. Elle avait conçu ce petit avec un homme mi vivant, mi mort…comment pouvait-il vivre ? Un jour, lors du repas, le garçon posa une question à sa mère qui regardait par la fenêtre :

« Linda, pourquoi est-ce que tu ne m’appelles pas ? Je dis ‘Linda’ pour toi, mais toi, tu ne dis rien, tu ne me parles jamais. Est-ce que je ne suis pas bien né ? »

Horrifiée par ce qu’elle venait d’entendre, elle fit un pas de recul. C’est vrai, elle ne lui avait jamais donné de nom. De plus, elle avait dit à son propre fils de l’appeler par son prénom. De ce fait, il ne savait pas comment, en vérité, il aurait dû nommer sa mère. Peut-être même qu’il ne savait pas quel rapport il avait avec cette femme. Il vivait avec elle depuis toujours, mais rien n’indiquait le lien qui les unissait. Tout ce qu’il comprenait, c’était qu’il n’était pas « appelé » et que cette femme, nommée Linda, vivait près de lui. Au fond, il sentait qu’elle devait être précieuse pour lui, mais on ne lui avait jamais rien dit. Il ne savait même pas comment il avait été fait, et n’avait pas connaissance de son père. Tout ce qu’il avait vu durant sa petite enfance, c’était un corps étrange qui dormait dans le lit avec Linda et qu’au fil des jours, il disparaissait petit à petit.

« C’est comme ça, tu n’as pas de nom. Et tu n’es pas bien né. Maintenant tais-toi, et finis ton assiette. »

Le petit garçon qui jamais n'avait exprimé ses sentiments ni un quelconque désir se sentait pour la première fois désemparé. Comment devait-il réagir face à une telle réalité ? Il commençait à réfléchir par lui-même et se posait des questions qu'il n'osait pas soumettre à Linda. Elle était de plus en plus mauvaise. Son regard se noircissait et quand elle le posait sur lui, il se tétanisait. Pourquoi avait-il peur ? Jusqu'à présent elle n'avait jamais levé la main sur lui. Quel était ce pressentiment qui s'emparait de lui aujourd'hui ? Quelque chose de mauvais se préparait, et il avait la vague impression que cela serait terrible....et pas seulement pour lui.

_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||
Revenir en haut Aller en bas
Bibou
Érudit
Érudit
avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 105

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Jeu 15 Nov - 12:46

...
*déglutit*

Bon. J'aime bien, hein. C'est prenant.
Mais j'angoisse un peu, quand même.
Revenir en haut Aller en bas
light.of.hope
Érudit
Érudit
avatar

Messages : 395
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 24
Localisation : Périgourdine Pure et Dure !

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Jeu 15 Nov - 13:22

L'histoire est trés prenante en effet, j'ai dévoré ce passage en moins de 5 minutes et maintenant je n'attend qu'une chose... la suite Smile
De plus les petites illustrations sont superbes !
Revenir en haut Aller en bas
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Ven 16 Nov - 3:20

Bibou~ Et c'est pas fini ^^' Désolée si ça te rebute un peu, le pire est encore à venir >.< Je n'ai pas non plus d'habitude quand c'est si sombre mais pour la suite, c'est super important.

Light~ La suite très bientôt ^^ Comme j'ai terminé de l'écrire, ça devrait être plus rapide au niveau des parutions. Et merci pour les dessins ^^

Comme je l'ai dit sur MC, je risque de scinder en de plus petites partie le texte, car je me dit qu'autant à lire chaque fois, ça doit décourager u_u

_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||
Revenir en haut Aller en bas
Lylyesp
Chercheur de connaissance
Chercheur de connaissance
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 24/07/2012
Age : 38
Localisation : dans un trou ( me demandez pas lequel...)

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Ven 16 Nov - 21:30

J'aime bien ton histoire, elle est intéressante et bien racontée. On a envie de savoir ce que devient ce petit garçon si étrange.
Par contre, j'ai noté que dans la première partie de l'histoire le jeune chasseur s'appelait Allen, mais après il s'appelle Lukas ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Ven 16 Nov - 21:33

Ah ouais pas faux...j'avais totalement oublié que j'avais changé de nom. D'origine, il s'appelait Lukas, dans la première version de l'histoire, et j'ai dû changer parce que ça faisait redondant avec mon pseudo, mais finalement ça m'a plu gêné apparemment xD

Merci d'avoir si bien suivi l'histoire, plus que moi d'ailleurs x)

_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||
Revenir en haut Aller en bas
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Mer 5 Juin - 22:38

Oula, j'ai oublié de mettre la suite moi! Du coup, je vous met celle du mois dernier et d'aujourd'hui =)




~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


~ L'apprentissage débute ~


*Dort.*

"Oryon, réveille-toi maintenant."





*Oryon remue, comme s'il cauchemardait.*

"Quel mauvais rêve fais-tu donc mon ami?"





"AH!"

"Te voilà enfin."

"Pardonne-moi, je rêvais..."

"Et tu as dormi bien trop longtemps."





"Cela a donc échoué..."

"Je le crains."





"Oh, mon Conteur, penses-tu qu'un jour je serais délivré?"

"Je fais tout mon possible pour cela, et j'y parviendrais."

"Je ne veux pas être ainsi près de toi pour toujours."

"Peu importe à quoi tu ressembles, tu sais que tu es ici chez toi Oryon, ne désespère pas."

"Mais je ne souhaite pas changer...pas encore...Et si je te faisais du mal? Cela a déjà failli."





"Il y a bien longtemps que tu maintiens cette apparence, et je sais que tu as la volonté de la maintenir bien plus encore."

"Mais pas indéfiniment. J'ai eu la chance, cette fois, dans mon malheur d'avoir une apparence proche de celui que j'étais, mais...la prochaine fois, je..."

"Je suis là et tu sais que je fais ce que je peux pour t'y aider."

"Oui, excuse-moi.....oh *il voit le livre* vas-tu lire la suite? Je souhaiterais l'entendre."

"Oui, c'est un récit que dois continuer. Calme-toi donc en écoutant."







Linda écrivait toujours dans son journal maintenant abîmé par le temps, et décrivait détails par détails les journées qui défilaient. Elle ne voulait pas s'occuper de son enfant, pourtant elle ne parlait que de lui, de combien il la terrorisait mais qu'elle n'arrivait pas à s'en séparer.

- L'enfant m'effraie. Il me regarde sans cesse mais ne me parle pas. Et je ne veux pas qu'il me parle, surtout pas! Ses mots, sa voix, son regard...je ne veux pas qu'ils me rappellent...je ne veux pas qu'ils me le rappellent. Il n'est rien, il n'est pas ce qu'on voulait, il ne le sera jamais. Il n'a jamais rien fait avant, restant assis sur sa chaise à m'observer ou regarder par la fenêtre. Il n'a jamais éprouvé l'envie de sortir, et heureusement, je l'en aurais empêché, mais il a touché un de mes romans. Il ne sait pas lire, je le sais, mais il regardait les illustrations avec attention. J'ai peur.-

Le petit n'avait rien fait de ses neuf années de vies, mais il sentait que ça ne devait pas rester comme ça. Et les seules choses qu'il ne connaissait pas étant la bibliothèque de sa mère et ses livres, il décida d'en prendre un au hasard. Le premier bouquin qu'il ouvrit de sa vie fût Little Red Riding Hood – Le Petit Chaperon Rouge. Il ne savait pas lire, pourtant les mots et les lettres qu'ils contenaient vibraient dans son esprit. Ça n'avait pas vraiment de sens, il ne les lisait pas, mais il semblait comprendre ce qu'il se passait. Les illustrations aidaient, mais il semblait y avoir quelque chose d'autres. Le jeune garçon écarquillait les yeux, ces billes vert-bleues qui brillaient plus que jamais en cet instant, et fût émerveillé par la sensation qu'il ressentait en feuilletant ce bouquin. Dès lors, il passa ses journées à parcourir les pages des livres de sa mère.

Ce plaisir ne dura hélas guère longtemps. Car Linda était effrayée encore et toujours par son fils, et cette nouveauté ne lui plu absolument pas. Elle ne pouvait pas expliquer pourquoi elle en avait peur, mais elle était soulagée lorsqu'il ne bougeait pas, et seulement quand il ne bougeait pas.

«Arrête, ne touche pas à mes livres. »

« Mais, je ne fais rien de mal...je ne sais même pas lire ! »

« Je te dis de ne pas y toucher ! »

Elle leva la main et le gifla de toutes ses forces, si bien qu'elle s'en tordit le poignet. Le gamin fût projeté à terre. Il se releva en se tenant le visage, rouge et enflé. Il était tellement choqué qu'il n'en pleurait même pas. Étrangement, c'était la colère qui le submergea. Linda referma le livre violemment et le rangea dans la bibliothèque, en marmonnant, énervée. La première chose qu'elle fit, c'est s'installer à son vieux bureau et griffonner encore et encore sur son journal. Le garçonnet resta par terre un long moment avant de se relever.

Malgré ce jour, le petit n'avait pas changé ses habitudes. Il ne la haïssait pas, mais il avait compris que quelque chose ne tournait pas rond. Il savait qu'il ne méritait pas d'être traité ainsi, mais il voulait comprendre pourquoi. Alors comme il avait conscience que cette femme avait des aptitudes quelque peu étranges, il se dit que lui aussi il devait en avoir. Un après-midi quand la jeune femme quitta leur bâtisse pour chercher de la nourriture, il en profita pour réfléchir à ce qu'il devrait faire. Lui qui n'avait vu aucun être vivant en dehors de Linda, cela lui semblait naturel de savoir que Linda pouvait faire des potions aux effets étranges, lancer des malédictions et encore bien d'autres choses, mais il ne connaissait pas ces termes. Alors au fond, que devait-il chercher ? Alors qu'il se frotta ses cheveux noirs d'agacement, il repensa aux livres qu'il n'avait pas le droit d'ouvrir. Il ferma la yeux et cacha sa tête au creux de ses bras, contre la table. Ces mots qui bougeaient, qui tremblaient quand il posait ses yeux dessus, l'intriguaient. Il voulait vraiment ouvrir ce livre et continuer à l'observer. Puis, sans s'en rendre compte, quelque chose apparut sur ses genoux. Surpris, il sursauta et regarda sous la table, ses genoux. Le livre du Petit Chaperon Rouge s'y trouvait. Il se tourna vers la bibliothèque et vit qu'effectivement, il ne s'y trouvait plus. Il sourit. Intelligent, il compris vite ce qu'il s'était passé.

*Alors il me faut simplement y penser ? *

Non, c'était bien plus compliqué que cela. La volonté était importante, mais c'était le sang qui coulait dans ses veines qui lui permettait cela. Par contre, Linda ne devait pas savoir. Il était sa plus grande peur, alors si elle savait qu'il avait en plus des facultés similaires aux siennes.....lui-même ne pouvait prédire sa réaction, à elle, la Folle.









"Il serait dommage que vous soyez lassés, ainsi je m'arrêterai ici pour aujourd'hui. Le garçon est jeune mais réfléchi vite. Lui qui ne connait pourtant que son planché et ses quatre murs, comprend qu'il est malgré tout spécial. Jusqu'où la peur de Linda ira-t-elle? Je vous donne rendez-vous pour la suite de cette histoire une autre fois, si votre cœur vous murmure de revenir, bien entendu."





~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Je test une autre façon d'introduire...j'écris à même les photos. Ça se différencie des bulles traditionnelles photoshop, j'aime bien malgré mon écriture bancale x) Je n'ai pas une jolie écriture, mais j'aime bien le rendu =)



~ Affronter l'autorité ~



































"Commençons, alors."




D'autres années s'écoulèrent. Linda ne prenait pas une ride et écrivait encore et encore ses si longues journées. Elle devenait de plus en plus violente envers son fils qui lui ne cessait de s'embellir. La violence développée par Linda n'était pas sans raison. Le garçon ressemblait beaucoup à son père. Il était si beau, et si grand. A l'âge de quatorze ans, c'était plus que flagrant. Il réunissait à lui seul les plus beaux traits physiques de Linda et Lukas, dont les yeux de son père et les cheveux longs d'ébène de sa mère. La sorcière s'affolait. Elle ne voulait pas admettre qu'il était bien son enfant, cette chose qu'elle avait mit au monde et qu'elle n'acceptait la présence que par conscience.

Le rejeton avait quant à lui bien profité des absences de sa mère pour apprendre à lire et parcourir beaucoup de ses romans. Il n'avait pas développé ses compétences de sorcellerie, ça ne l'intéressait pas. Tout ce qu'il désirait était apprendre, encore et toujours. Aussi s'était-il attaqué aux vieux livres d'études qu'avait gardé Linda, qu'elle détenait elle-même de sa mère. Il y avait beaucoup de sciences et de chimie, et bien peu d'histoire, ces derniers ayant pourri au fil des décennies.

Le comportement de la jeune femme changeait petit à petit. Elle n'avait jamais été la même durant toutes ces années, développant d'autres raisons de devenir plus différente chaque jour. Mais jamais elle ne remontrait celle qu'elle était à ses vingt ans. Ces derniers temps, elle ne parlait plus. Elle regardait son fils, tout en réfléchissant. Il semblait se dérouler des batailles, des guerres psychologiques dans sa tête que même le jeune homme n'arrivait à décrypter. Elle s'approcha de son fils qui était installé comme d'habitude sur sa chaise, et posa sa main sur son visage :

« Tu me rappelles quelqu'un. »

Le jeune homme, très neutre, pointa du doigt les ossements de son père dont Linda prenait le soin de nettoyer :

« Lui peut-être ? »

Elle posa son regard sur ce qu'il montrait et se mit à trembler. Ce visage ressemblait beaucoup à celui de Lukas, et c'était trop pour qu'elle puisse le supporter. Elle se tourna vers le garçon et lui attrapa la gorge, en serrant de toutes ses forces.

« Tu lui a volé ! Pourquoi tu fais ça ! Arrête ! Tu n'as pas le droit! »

Il ne pouvait rien faire. Ses mains s'étaient posées sur les poignets de sa mère, mais il n'essayait pas de se libérer. C'était seulement quand il perdit connaissance qu'elle cessa sa morbide étreinte. En voyant la trace qu'elle avait laissée autour de son cou, elle ne s'inquiéta pas de savoir s'il était vivant, pour elle il était évident que c'était le cas, car il sortait de ses entrailles. L'expression de douleur qui s'était figée sur le visage de son fils et cet hématome sur son cou lui plu. Cela masquait un peu sa beauté et lui permettait de reprendre ce qu'il avait « volé » à Lukas.

Ce fut à partir de ce moment qu'elle pris l'habitude de mutiler son fils. Elle n'aimait pas le sang, mais elle se sentait obligée de le faire, comme si elle avait le devoir de rendre ce visage à son bien-aimé disparu. Mais maltraiter son enfant ne permettrait jamais à Lukas de revenir parmi les vivants, et elle ne le savait que trop bien. Elle entretenait un faux espoir, comme si elle s'était finalement trouvé un but. Mais c'était tout simplement de la torture, et elle devenait le bourreau de sa progéniture.

Elle ne comptait pas le tuer cela dit. Elle prenait bien soin d’abîmer son visage au couteau ou rasoir dès qu'il cicatrisait, mais faisait également en sorte qu'il ne soit jamais en danger. Quand elle avait fini de s'acharner sur lui, elle pansait ses plaies, comme si elle n'avait rien à se reprocher. Linda s'était même mise à lui parler fréquemment. Et comme si elle avait du retard, elle s'adressait à lui de la même manière qu'elle l'aurait fait quand il était enfant.

« Je sais, je sais, tu as mal ! Mais ne t'inquiète pas, tu ne ressentira bientôt plus rien, je te le promets ! Je vais prendre soin de toi, et tu n'aura plus mal. » fit-elle, en souriant innocemment.

« Pourquoi tu fais ça ?» répondit l'enfant.

« Pourquoi ? Mais pour Papa bien sûr ! »

Elle riait en disant cela, mais elle se figea. 'Papa' ? Ce terme était tout aussi étrange pour elle que pour lui. C'était la première fois qu'elle le disait, que se passait-il ? De la curiosité se lisait sur le visage du fils, et quand la sorcière le remarqua, elle reprit son état 'normal' et le gifla :

« C'est dégoûtant ! Dégoûtant ! »

Il ne comprenait pas de quoi elle parlait. Pourquoi était-il dégoûtant ? Ce que le jeune homme ne comprit que bien plus tard, c'est qu'elle s'était aperçu le temps d'une seconde de toutes les horreurs qu'elle avait commises, et elle ne pu s'empêcher de l'extérioriser violemment. Même si elle refoulait l'enfant, elle avait conscience de son existence.

Ces maltraitances continuèrent pendant des années. Mais à l'âge de dix-neuf ans, le garçon n'en pu plus. Mais ce n'était pas des supplices que lui infligeaient sa mère, dont il s'agissait, non, il souffrait davantage de sa curiosité. Le jeune homme dévorait les livres de sa mère jour après jour, quand elle s'absentait. Mais quand il eut fini de tous les lire plusieurs fois, que pensez-vous qu'il arrivât ? Il se demandait s'il existait des choses semblables à ses lectures. Lui qui n'était jamais sorti de cette maison car il pensait que le monde qui était le sien s'arrêtait à ces murs, ne pourrait-il jamais voir ce que sa mère voit quand elle sort ? Ses bruits de frottement, d'écoulement, de pas, de claquement que le temps et les animaux créaient en passant par là, ne pourrait-il pas les entendre et les voir directement, au lieu de les vivre via ces planches de bois ? Ses yeux se posèrent sur la porte. Sa mère n'était pas là...













"La tentation d'enfreindre les règles est quelque chose que tout être humain a un jour ressentit. L'autorité maternelle n'était pas là, il le savait. Il faut bien du courage pour défier un parent, et parfois, on n'en a hélas pas assez pour oser franchir le pas...Serez-vous là quand, peut-être, l'enfant ouvrira cette porte et deviendra un homme?"

_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||
Revenir en haut Aller en bas
Grigri
Néophyte
Néophyte


Messages : 25
Date d'inscription : 24/07/2012
Age : 21
Localisation : Aux Pays des Bisounours

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Ven 2 Aoû - 11:25

C'est peut être poussé un peu loin, mais j'ai une petite idée qui me trotte dans la tête depuis un bout de temps:
Le Conteur ne conterait-il pas sa propre histoire?
Il y a quelques petits passages qu'il me laisse supposer ça.
Après, je délire peut être Laughing !

Et puis, j'ai hâte d'avoir la suiteuuuh

Revenir en haut Aller en bas
Lithaelandane
Recrue
Recrue
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 03/12/2014

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Ven 12 Déc - 10:55

L'histoire est sublime, je pourrais la relire cent fois cela ne me gênerait pas. J'adore le conteur et le petit Oryon, ils sembleraient presque vivant sur certaine photo.

Une petite suite?
Revenir en haut Aller en bas
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Ven 12 Déc - 14:33

Olala j'ai totalement abandonné ce topic ici ! Sur MC j'ai avancé l'histoire (même si je suis toujours aussi lente) alors il faudra que je post ici aussi >.<

Merci toutes les deux !

_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||
Revenir en haut Aller en bas
Luka
~ MMO Eater ascendant barbare ~
avatar

Messages : 1889
Date d'inscription : 18/07/2012

MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   Mer 10 Juin - 2:28

(Je vais poster les morceaux manquants ici aussi, petit à petit.)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ce qui suit n'est pas une histoire contée par mon Karon, mais concerne tout de même les personnages. J'espère que cela vous plaira malgré mes maladresses et mes fautes d'orthographes! ^^


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Un matin j'ouvrais les yeux, et la lumière me transperça la rétine. Je clignais et retentais de visualiser où j'étais. Des arbres, du vent, le chant des oiseaux....une forêt? Quel pays, quel royaume? Je tentais de savoir ce que j'étais une nouvelle fois devenu. Je n'avais plus peur, j'étais las. Mon corps semblait encombrant, lourd, puissant. Je sentais un instinct animal brûler en moi. Quelle bête atroce étais-je donc devenu? Le vent m'apporta une odeur fraiche, une odeur de marais. Pouvais-je me lever et m'y diriger? Quand je décidai de me mouvoir, je réalisai que je pouvais me déplacer sur quatre comme sur deux pattes. Épuisé, j'essayais tant bien que mal de faire succéder mes quatre pas, ne pouvant me redresser, les uns après les autres sans trébucher. L'eau enfin à proximité, je ne pris pas le temps de voir à quoi je ressemblais et plongea ce qui semblait être ma tête dans la masse aqueuse. L'eau fraiche m'aida à me réveiller. J'en ingurgita assez pour apaiser ma soif et observa alors mon nouveau....visage. Je ne savais pas ce que j'étais. Mon pelage était brun et long. Mon torse était bien trop musclé et trop massif pour être humain, mais il semblait avoir été fait à l'image de celui de l'homme. J'étais une sorte de chimère, hybride d'homme et de bêtes. Le visage que je possédais désormais était aussi inexpressif que celui d'un animal, mais j'étais bien doté d'yeux, d'un nez et d'une bouche. Même si cette dernière cachait des crocs dont je n'avais pas tout à fait l'habitude. J'avais beau changer de forme et devenir absolument tout ce qui était possible, je ne pouvais pas m'habituer à ces apparences.

A chaque métamorphose sa particularité. Et les bêtes sont en général des chasseuses. Je ne pouvais pas contrôler cela et même si celui que j'étais avait conscience de ces horreurs, même si je ne voulais faire mal à personne, mon corps agissait de son propre chef. Ou du moins, c'est ce que je voulais croire. Cela faisait longtemps maintenant, que j'étais devenu malgré moi un criminel. J'avais tué des personnes par simple instinct de prédateur, mais je l'avais aussi fait pour, parfois, me nourrir. C'était encore ce sentiment qui me tordait le ventre, je devais manger et j'avais besoin de chaire. Un lapin me fera patienter une heure de plus, peut-être deux. Un loup une demi-journée, au mieux. Mais l'appétit grondait en moi, et ce n'était pas du loup ou du lapin dont j'avais besoin, mais de la chaire humaine, fraiche et juteuse. La voix qui était mienne grogna et je ne supportais plus la douleur qui entravait mon estomac. Je courais alors au travers de la forêt, ne laissant derrière moi qu'une ombre vive et angoissante.

Une autre ombre fit son apparition, comme défiant mon impatience. Je ne désirais qu'une chose : être repus. L'ombre appartenait à un homme à la peau blanche, comme la lune, et aux cheveux noirs, comme la mort. Il me regarda de ses yeux turquoises et ne semblait pas effrayé. Il replaça une de ses mèches de cheveux dérangées par la brise du matin et continua de me fixer, moi, l'Horreur. J'étais en colère. Mon moi sauvage, et mon moi à l'intérieur. "Fuis, fuis! Tant que tu le peux!" J'aurais aimé lui dire, mais je ne le pouvais pas. Je savais qu'il n'était qu'une proie, pour la bête qui se tenait en face de lui. Il allait mourir, comme ces autres pauvres personnes ayant croisé ma route bien des années auparavant. Peut-être que ma conscience fut le temps d'une seconde plus forte que la malédiction qui me pesait, car je pris le temps de le contempler. Quel dommage de mettre fin à une si belle création de la vie. Et ce n'était pas la balafre qui ravageait son blanc visage qui m'aurait empêché de penser cela. La seconde qui me fut miraculeusement accordée toucha à sa fin et mes muscles commencèrent à être envahis de frissons. Je me dirigea vers lui et de mes griffes le plaqua au sol. Je poussai alors un hurlement avant de planter mes crocs dans sa gorge.

Mais il posa sa main sur mon front. Je n'avais pas pu l'égorger, pourquoi? Cette fois, j'étais vraiment terrifié. Je cherchais dans ma mémoire, mais je ne parvenais pas à me souvenir de son visage, lui qui m'avait maudit. Était-ce lui, sous mes griffes, qui avait décidé de se jouer une nouvelle fois de moi? Ses longs doigts froids firent le tour de mon visage, délicats, et son autre main vint imiter sa sœur. Son visage blême et inexpressif esquissa cependant un sourire triste et doux à la fois.

"Pauvre, pauvre créature. Tu es maudit depuis trop longtemps. Laisse-moi t'aider. Sois mon compagnon, et je te promet d'essayer de t'aider."

J'avais trop peur. Ce n'était pas cet homme, alors qui était celui-ci? Un sorcier, un enchanteur? Un mage? Pourquoi le hasard me faisait-il rencontrer quelqu'un comme lui? Pourquoi me donner de faux espoirs de secours? Il y avait peut-être de la magie en lui, mais il ne pouvait pas me sauver. Je finirais par le tuer, lui aussi. Ma faim ne réussit pas à me convaincre de le dévorer. Je desserra mon étreinte acérée et m'enfuie au loin, abandonnant le fou derrière moi.





Quelques jours avaient passés depuis lors, et je n'avais une nouvelle fois pas pu m'empêcher de tuer de pauvres innocents. Cette transformation fut courte : je sentais déjà mon corps craquer. Je ne pouvais jamais savoir ou prévoir combien de temps j'allais rester sous une de ces formes, et lorsque je devenais ce genre de bête, je ne pouvais que m'estimer heureux que cela ne dure que deux ou trois jours. Je pouvais sentir mes os se contracter et mes muscles maigrir. Ma future forme allait certainement être petite. C'était un soulagement, car je pouvais dans ce cas comprendre que je ne ferais de mal à personne. Du moins, dans la plupart des cas. Comme d'habitude, un lourd sommeil séparait mes changements, et cette fois, quand je tentais d'ouvrir mes yeux, ce fut un échec. Cette sensation familière me rempli brièvement de bonheur. D'origine, mes paupières sont closes. Je vois avec les yeux qui se trouvent sur mon front. La joie fut de courte durée, car même si je pensais être redevenu moi-même, je réalisa que mon corps était petit, frêle et fragile. Je ne devais pas être plus grand qu'un enfant en bas âge. Quel contraste avec la bête qui précédait l'enfant. Je n'étais pas délivré de cette malédiction, alors même si j'avais un corps humain, je pouvais comprendre que ça ne serait hélas que de courte durée. Pour la première fois depuis longtemps, je pleurais. Mes petites mains d'enfant allèrent les sécher alors que je sentais une nouvelle fois le sommeil s'emparer de moi. Ce n'était pas comme quand je changeais.....j'avais l'impression que l'on m'obligeait à dormir. Je regardais autour de moi et vit un homme. Il me semblait familier, mais je n'arrivais pas à me souvenir.

C'était pour moi, notre première rencontre.



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Mais ça ne l'était pas, mon précieux ami.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


_________________



||| ||| ~ Logos et Fan Club ~|||
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
[K-Doll Karon] Le Conteur Funèbre ~ L'histoire continue ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vlad: Dracula l'histoire continue
» Tite papattes Make-Up ='-'= up 7/02
» UNIC suite l'Histoire continue....
» Amin Maalouf, un conteur oriental
» [Little Apple Doll - Irae] Ai Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ La cachette (p.2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mechanical Elixirs :: Créatures Mécaniques :: Vos Photostories-
Sauter vers: